Construction d'un terrain multisports couvert à Lille (59), mini aréna avec charpente bois lamellé collé et couverture textile, préau sportif

MINI ARENA DE LILLE : FIN DES TRAVAUX

Retour sur la genèse d’un projet de grande envergure

 

Les travaux de la mini aréna, construite à Lille par SMC2 et cofinancée par Coca-Cola, la FFF et le CNDS, sont désormais achevés. Son inauguration aura lieu jeudi 5 avril en présence de Martine Aubry, maire de la ville. Retour sur la genèse d’un projet qui a mobilisé de nombreux acteurs et qui a permis de faire émerger un projet de plus grande envergure encore.

 

La Filière Sport, un incubateur de politiques sportives

 

En 2015 naissait la Filière Sport, à l’initiative de l’Etat, et plus précisément du Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique de l’époque, à savoir Emmanuel Macron, de Patrick Kanner, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et de Matthias Fekl, Secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, à la Promotion du tourisme et aux Français de l’étranger.

 

Rassemblant ainsi des acteurs publics et des entreprises du secteur privé, cette filière a pour vocation le développement et la promotion de l’économie du Sport en France et à l’international. Dans cette optique, des groupes de travail ont été constitués au sein de la Filière Sport, et notamment un groupe dédié à la réflexion sur les équipements sportifs de proximité, piloté par Nicolas Robin, Directeur général de la société SMC2, entreprise lyonnaise.

 

Une des propositions émergentes de ce groupe de travail consistait à saisir l’opportunité de l’Euro 2016 pour développer des équipements sportifs de proximité. Un tel évènement sportif accueilli en France constituait un véritable vecteur de communication de la volonté gouvernementale de promouvoir le sport au niveau sociétal, volonté portée notamment par le Ministère des Sports.

 

Concevoir les équipements sportifs locaux comme des héritages d’un évènement européen, telle était l’ambition de la Filière Sport, car comme l’indique Nicolas Robin « Une politique sportive nationale n’a de sens que si elle irradie la population et promeut la pratique sportive citoyenne au plus près des territoires ».
En d’autres termes il ne s’agissait pas seulement de consacrer du budget à la réalisation de grandes infrastructures sportives mais bien de traduire au travers des équipements sportifs de proximité la volonté de l’Etat de démocratiser la pratique sportive et de s’adapter aux nouveaux usages.

 

Cette ambition s’est concrétisée par un projet de construction de mini arénas (terrains multisports couverts avec écran connecté) dans chacune des villes hôtes de l’Euro 2016.

 

La mini aréna comme cristallisation d’ambitions communes de divers acteurs…

 

Coca-Cola a souhaité financer le projet puis ce sont la Fédération Française de Football et le Centre National pour le Développement du Sport (tous deux membres de la Filière Sport) qui ont apporté leur soutien financier. Un co-financement qui permettait dans un premier temps d’envisager la concrétisation du projet de création d’une mini aréna.
Restait à sélectionner la ville bénéficiaire de cette structure.

 

C’est dans ce contexte que Coca-Cola a lancé en 2016 le challenge « Move my city », remporté par la ville de Lille, dont le dossier de candidature, qui prévoyait d’implanter la mini aréna dans le quartier prioritaire des deux portes – dans le cadre du développement en véritable Parc des Sports du complexe sportif de la halle de Glisse – révélait une ambition politique forte de renforcer la pratique sportive au cœur de la ville et de faire de celle-ci un vecteur de cohésion et de mixité sociale.

 

La modernisation des équipements sportifs de proximité et leur qualité architecturale étant un élément majeur de réflexion du groupe de travail issu de la Filière Sport, ces mini arénas devaient intégrer plusieurs paramètres tels que l’utilisation de matériaux élégants et respectueux de l’environnement et une dimension économique, à la réalisation comme à l’exploitation, du bâtiment. Autant d’expertises et de savoir-faire maîtrisés par SMC2 dont le cœur de métier depuis 15 ans est la conception et la construction d’ouvrage sportifs innovants.

 

La FFF s’est vue confier la maîtrise d’ouvrage d’un chantier piloté par SMC2 et qui a mobilisé sur plusieurs mois de divers acteurs tels qu’Eurofield et Marty Sport.

 

Les travaux s’achèvent en ce début d’année 2018 et l’inauguration du bâtiment est fixée au 5 avril, en présence des nombreuses parties prenantes du projet et de personnalités politiques comme Laura Flessel, Ministre des Sports, et Martine Aubry, maire de Lille.

 

La mini aréna est un projet innovant, tant sur le plan architectural (modernité des matériaux et des équipements, emplacement propice à la pratique du sport de proximité…) que dans ses usages. La présence sur le terrain d’un écran connecté permettra aux usagers d’accéder à l’ensemble des services digitaux et à des séquences sportives et pédagogiques construites par la FFF et la ville de Lille.

 

… et projet pilote d’un concept innovant plus global

 

Cette mini aréna n’est en réalité que la première pierre d’un édifice bien plus conséquent.
En effet SMC2 n’oublie pas l’ambition initiale de la Filière Sport de réaliser ce type de structures dans d’autres villes françaises, maillant ainsi l’ensemble du territoire national.

 

L’entreprise a commencé à réfléchir à un nouveau projet du même type implanté cette fois-ci à Lyon, dont elle est originaire.
C’est ainsi que le projet Fit Arena a émergé, s’est étoffé et a fini lauréat du Concours Innovation Numérique organisé par la Banque Publique d’Investissement (BPI) en 2016. SMC2 bénéficie donc à l’heure actuelle du soutien financier de la BPI afin de mener à bien ce projet ambitieux de terrain multisports qui sera construit au cœur de Lyon et connecté à une application pour répondre aux besoins des usagers (accessibilité des infrastructures sportives, souplesse dans les horaires, facilité de réservation…) et aux nouvelles pratiques digitales.

 

C’est ainsi qu’un projet innovant de mini aréna, initié en 2016, porté par la Filière Sport et donc par l’Etat, a pu voir le jour grâce à de nombreux acteurs publics et privés (Coca-Cola, la FFF, le CNDS, SMC2…) et faire émerger un projet encore plus ambitieux financé par la BPI et qui n’en est qu’à ses balbutiements.

 

SMC2, groupe dynamique et en croissance, ne manque pas d’ambition. Avec son projet Fit Arena, il s’inscrit pleinement dans le modèle des start-up françaises valorisées par l’Etat et portées à l’international comme fleurons de l’économie hexagonale. En anticipant quelque peu, on imagine que la prochaine étape sera de développer Fit Arena à l’export. Une démarche déjà initiée par une visite aux Etats-Unis des dirigeants SMC2 en janvier 2018 avec le Collectif Foot, délégation de la FFF.