QU’EST-CE QUE LA FILIERE SECHE ?

La filière sèche est une méthode de construction qui n’utilise pas d’eau sur les chantiers. Les matériaux utilisés en filière sèche sont sélectionnés avec soin et le béton ou le ciment ne sont pas admis. Les éléments de construction (bois ou métal) sont préassemblés en atelier. Les chantiers en filière sèche sont donc rapides et économiques.

 

Comprendre le principe de la filière sèche

Dans le domaine de la construction immobilière et du BTP, on distingue différentes techniques de mise en œuvre. Celles-ci dépendent essentiellement du type de bâtiment concerné et des matériaux utilisés, comme le bois ou l’acier. Parmi les méthodes innovantes, de nombreux projets tendent à se concrétiser par le biais de la filière sèche.
Comme sa dénomination l’indique, la filière sèche consiste à ne pas se servir d’eau dans l’exécution des chantiers de construction. Dans un contexte classique, les projets de construction emploient des matériaux qui demandent une consommation d’eau conséquente, comme le ciment coulé ou le béton. On parle alors de construction « humide ». La filière sèche permet de réaliser des économies de temps et d’argent avec une durée de mise en œuvre réduite, puisqu’il n’est pas nécessaire d’attendre le séchage des matériaux.
Les professionnels du bâtiment se servent généralement de la technique sèche pour des constructions en bois et/ou en acier. Ce qui peut sous-tendre une charpente mixte. Le principe repose sur une meilleure gestion des coûts pour la concrétisation de votre projet. Par ailleurs, le chantier n’a pas à s’adapter aux changements climatiques : qu’il s’agisse d’intempéries ou de fortes chaleurs. Un atout essentiel pour ne pas prendre du retard à la suite d’imprévus indépendants des compétences du maître d’ouvrage.

 

Les principaux atouts de la filière sèche

D’ordre pratique ou économique, la filière sèche présente donc de nombreux avantages pour les constructeurs, ainsi que pour les investisseurs et porteurs de projets immobiliers :
– Une consommation des matières premières réduites ;
– Un coût global moindre que les constructions humides ;
– Une mise en œuvre plus simple et rapide ;
– Un bilan carbone optimisé qui s’appuie sur des valeurs de développement durable ;
– La réduction des nuisances sonores et de la production des déchets de chantier.

Pour ce dernier point, l’entreprise responsable du chantier réalise également des économies sur les frais d’enlèvement et de traitement. Sur la base de critères et d’exigences propres à certains labels et certifications, on peut satisfaire à des normes environnementales reconnues. Par exemple, HQE (Haute Qualité Environnementale), Effinergie+ ou BBCA pour les bâtiments bas carbone.

Qu’est-ce que la filière sèche ?

 

Utiliser des matériaux de qualité pour ses constructions en filière sèche

Particulièrement plébiscitée pour la conception de bâtiments industriels et agricoles, la filière sèche emploie des écomatériaux, principalement issus de ressources gérées durablement. C’est notamment le cas du bois qui sert aussi bien à la structure de l’enveloppe qu’à la charpente. On parle alors de MOB (Mur et Ossature en Bois). Quelle que soit la solution adoptée, le bois se distingue par ses propriétés isolantes, nettement plus performantes que celles du béton.
Qu’il s’agisse d’un logement ou même d’une salle multisports, ce procédé permet d’améliorer les performances énergétiques du bâtiment. Il est plus facile de réguler le confort thermique intérieur, d’éviter les ponts thermiques et autres déperditions. En complément des économies d’énergie observées dans l’exploitation des bâtiments, l’isolation phonique est également optimisée. Grâce à une technique sèche, l’enveloppe perd en épaisseur et préserve sa solidité pour garantir des constructions saines et durables.

 

Une meilleure gestion du déroulement de votre chantier de construction

En raison de leur conception réfléchie, les réalisations métallo-textiles peuvent également bénéficier des atouts de la filière sèche. En plus des avantages évoqués précédemment, cela tient aussi à une meilleure gestion de l’organisation de vos chantiers. Lors de leur production, les matériaux sont préfabriqués afin de réduire les délais de production et de livraison pour une mise à disposition effective.
Sur place, les équipes se chargent de l’assemblage avec des moyens techniques réduits par rapport à une construction classique. Cette étape constitue l’un des principaux gains de temps qui permet, ensuite, de se concentrer sur les travaux de finition. Par exemple, la pose d’une membrane composite pour une toiture textile ou l’application d’un enduit de parement pour les façades.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]